Définition des troubles

Qu´est-ce qu´un Trouble Spécifique des Apprentissages (TSA)?

 

Il s´agit de difficultés d´apprentissage liées à l’altération spécifique d´une fonction cognitive alors que l’efficience intellectuelle est normale et que les autres fonctions cognitives sont préservées. Les fonctions cognitives sont les fonctions cérébrales nécessaires à la perception, l´intégration et le traitement des informations, qui nous permettent de communiquer avec ceux qui nous entourent.

La dysphasie, la dyslexie, la dysorthographie, la dyscalculie, la dyspraxie, la dysgraphie et le trouble du déficit de l'attention avec ou sans hyperactivité (TDAH et /ou TDA/H) font partie de l’ensemble des troubles spécifiques des apprentissages TSA.

Ces troubles renvoient à l’ensemble des difficultés d’apprentissage ne pouvant être attribué ni à un retard intellectuel, ni à un handicap sensoriel, ni à des conditions environnementales défavorables (rapport de l’INSERM paru en février 2007).

Pour désigner les TSA, les neuropsychologues parlent aussi de troubles instrumentaux.

Qu´est-ce qu´une Dysphasie?

 

La dysphasie est un déficit spécifique du langage oral, caractérisé par des problèmes graves de la compréhension et/ou de l'expression du langage parlé, en l'absence de perte auditive, de déficience mentale, ou d'un trouble émotionnel. Ce problème empêche le langage de jouer son rôle de base de la pensée et des relations avec autrui. Elle entrave le développement de l'individu sur les plans sociaux, scolaires et professionnels.

 

On peut être dysphasique :

 

• A plusieurs degrés: langage oral plus ou moins touché

• Dans un ou deux versants: le versant de la compréhension et/ou de la production.

• A plusieurs niveaux: atteinte phonologique, sémantique, lexical, syntaxique, pragmatique, phonétique,...

La dysphasie a des conséquences sur l’apprentissage du langage écrit. Chez ces enfants intelligents, les procédures de base du langage oral ne sont pas encore automatisées lorsqu’ils ont l’âge d’aborder le langage écrit. L’enfant se retrouve donc en double tâche de traitement d’information, et le coût attentionnel élevé entraîne une lenteur et une fatigabilité accrue.

La dysphasie peut aussi avoir des conséquences dans les activités de calcul car certains enfants dysphasiques auront une difficulté particulière à apprendre le nom de certains nombres, en particulier ceux de onze à seize, et les dizaines particulières (de 70 à 90). Ils pourront également avoir des difficultés à concevoir qu’un signe puisse avoir une signification différente suivant sa position (par exemple: ne pas comprendre que dans 10, le 1 ne représente pas le chiffre 1 mais la dizaine). Comprendre le nombre comme une quantité peut également être difficile. Le transcodage ou passage de la forme orale à la forme écrite et réciproquement, peut être difficile.

Il est important de distinguer un simple retard de langage, où le langage apparaîtra comme faible, mais normal et se normalisera avec le temps, d'une dysphasie, où le langage sera "bizarre" et le déficit persistera. Le langage est considéré comme acquis à 4 ans. Le diagnostic de dysphasie sera normalement posé vers 6-7 ans par un neuro-pédiatre.

On considère que la dysphasie atteint 4 à 5% des enfants et concerne dans sa forme sévère environ 1% des enfants d’une classe d’âge.

 

Qu´est-ce qu´une Dyslexie?

 

La dyslexie est une difficulté durable d'apprentissage de la lecture et d'acquisition de son automatisme, chez des enfants intelligents, normalement scolarisés, indemnes de troubles sensoriels et de troubles psychologiques préexistants.

Les mécanismes fondamentaux du langage écrit sont atteints dans leur structure même, à la fois dans l’expression et dans la compréhension. La mémoire de travail est également souvent touchée (comprendre un texte implique que l’on se souvienne de ce qui vient d’être lu).

A des degrés de gravité plus ou moins sévères, la dyslexie est souvent liée à certains troubles associés:

 

• De perturbation du langage oral

• D'orientation dans le temps et/ou l'espace

• De discrimination visuelle et/ou auditive

• De latéralisation

• D'attention

• De mémorisation

• D'analyse séquentielle

 

On distingue les dyslexies phonologiques (les plus fréquentes) qui sont induites par un dysfonctionnement des circuits du langage de l’hémisphère cérébral gauche (difficulté d’acquisition de la correspondance phonèmes/graphèmes). Seule la persistance de ce problème, qui existe naturellement au début de l’apprentissage de la lecture suggère une dyslexie. Plus rare, la dyslexie visuelle serait la conséquence d’un dysfonctionnement des circuits de l’hémisphère cérébral droit et est due à un problème de focalisation de l’attention visuelle. La dyslexie mixte est l'association des deux précédentes: phonologique et visuelle.

Le critère de gravité admis pour la lecture est un décalage de 18 mois à 2 ans entre l’âge de lecture et l’âge réel (CIM 10 : Classification Internationale des Maladies éditée par l’Organisation Mondiale de la Santé -OMS-).

La dyslexie touche environ 5% de la population. Une dyslexie sur trois est précédée d'un retard du langage.

 

Qu´est-ce que la Dysorthographie?

 

La dysorthographie est un trouble d'apprentissage dans l'acquisition et la mémorisation de l'orthographe des mots chez des enfants intelligents, normalement scolarisés, indemnes de troubles sensoriels et de troubles psychologiques préexistants.

L´orthographe peut être déficitaire à plusieurs niveaux: phonétique, grammatical et/ou lexical.

La dysorthographie est souvent associée à de la dyslexie.

 

Qu´est-ce que la Dyspraxie?

 

La dyspraxie est un trouble de l´acquisition, de la planification et de la coordination des gestes complexes, intentionnels et finalisés (c.à.d pour réaliser une action dans un but précis) n'étant pas causé par une déficience motrice cérébrale.

 

On distingue dans la dyspraxie des symptômes moteurs et visuo-spatiaux: au niveau moteur, l’enfant ne peut organiser les gestes qu’il conçoit pourtant bien. Le graphisme est en général médiocre, l’écriture est lente et difficile, la dysgraphie est importante.

La dyspraxie visuo-spatiale associe à cette « maladresse » un balayage visuel pathologique: l’enfant a des difficultés pour suivre, fixer du regard, calibrer les saccades oculaires. Cela rend la lecture difficile, saccadée (sauts de mots, de lignes, retours arrières…) et entraine une grande fatigabilité et des difficultés de compréhension. Les enfants ont des difficultés à raisonner, à construire en trois dimensions ou à dessiner. Ces enfants sont souvent performants à l’oral mais ils ont des difficultés pour restituer correctement à l’écrit leurs connaissances.

 

Quand suspecter une dyspraxie, trouble souvent mal diagnostiqué?

 

Les plaintes scolaires: elles débutent dès l’école maternelle et concernent en premier lieu le graphisme, puis au cours de la scolarité primaire, les mathématiques. Au collège, c’est souvent la capacité de lecture qui sera jugée défaillante (plus de la moitié des enfants dyspraxiques ont des troubles de la lecture). Les activités scolaires semblent bâclées, brouillonnes, on reproche à l’enfant de travailler sans soin, ce qui est souvent interprété à tort comme un manque d’attention ou de motivation.

Dans la vie quotidienne, la dyspraxie peut entraîner une gêne à la vie courante (habillage...).

La Dyspraxie toucherait 5 à 7% des enfants de 5 à 11 ans.

 

Qu´est-ce que la Dysgraphie?

 

La dysgraphie est un trouble d'apprentissage affectant le geste graphique et est caractérisée par des difficultés dans l'écriture et le dessin.

 

Qu´est-ce que la Dyscalculie?

 

La dyscalculie est un trouble d'apprentissage dans le domaine des mathématiques, du calcul et des nombres, sans être causé par une déficience intellectuelle, chez des enfants normalement scolarisés, indemnes de troubles sensoriels et de troubles psychologiques préexistants.

 

L’enfant présente des troubles du raisonnement logico-mathématique.

 

Il peine:

•  à traiter les nombres: reconnaître et produire les chiffres, passer de l’oral à l’écrit, etc.

•  à mémoriser les tables d´addition et de multiplication.

•  à calculer mentalement mais aussi à l´écrit: difficultés à effectuer de simples opérations qu’ils peuvent confondre les unes avec les autres

•  à comprendre ce qu’est un nombre et ce que sont les grandeurs physiques de mesure (difficulté à comprendre le lien entre le symbole et la quantité).

•  à lire l´heure, à gérer son temps, à intégrer l´information ou les tâches séquentielles.

La dyscalculie est plus rare que la dyslexie. Sa prévalence serait de 2 à 4%. Elle peut y être associée.

 

Qu´est-ce que le Trouble du Déficit de l´Attention?

 

Le trouble du déficit de l'attention avec ou sans hyperactivité (TDAH et /ou TDA/H) est un trouble de l'apprentissage caractérisé par trois symptomes centraux: l'inattention, l'hyperactivité et l'impulsivité.

 

Un enfant qui souffre de déficit attentionnel présente les caractéristiques suivantes:

 

• Difficultés à se concentrer, à focaliser son attention sur une tâche, à écouter pendant un cours, à lire. Il se laisse sans cesse distraire.

• Difficultés à démarrer un travail (il « contemple » sa feuille, joue avec son stylo, n’arrive pas à « démarrer », etc). Il parvient également difficilement à terminer le devoir demandé. Il faut le rappeler sans cesse à l’ordre, « le réveiller ». Il connait des difficultés à s´organiser et à maintenir l’effort.

• La mémoire à court terme est souvent déficitaire : ils sont obligés de relire la consigne, ils « perdent le fil » de ce qu’ils sont en train de faire. L’écrit n’est donc pas performant et ne peut être significatif de leurs connaissances réelles.

• Souvent, le seuil de frustration est très bas, ils sont donc épidermiques dans leurs réactions.

• Ils font de nombreuses fautes d´inattention, oublient, perdent, etc Lorsque le niveau d’intérêt est suffisamment élevé (donc hors tâches répétitives) ils parviennent à maintenir un niveau de concentration un peu plus satisfaisant. En cas d’activité ludique, ils sont souvent capables de récupérer un niveau attentionnel relativement correct.

 

L´hyperactivité se caractérise par un besoin fréquent ou permanent de bouger et une difficulté à rester assis calmement. Ce trouble concernerait 3 à 5% des enfants.

 

Ces troubles ont en commun:

 

•  un fonctionnement particulier du cerveau

•  une grande fatigabilité: les enfants présentant un trouble des apprentissages doivent fournir de gros efforts pour s'adapter et compenser leurs difficultés, ce qui les fatigue énormément. Il est important de les soulager de certaines tâches (ex. la copie de texte pour un trouble dyslexique ou dyspraxique) afin qu´ils puissent se concentrer sur l´apprentissage demandé (ex. la résolution du problème).

•  un risque plus élevé que la norme de développer un trouble psychique (phobie scolaire, dépression, opposition, etc). Ce risque est lié à une fréquente mauvaise estime de soi et à   l'échec scolaire où ils peuvent se trouver. Il est important d´y être vigilant, de valoriser leurs ressources et d´éviter les mises en échec répétitives.