Scolarisation

Certains élèves présentent des profils éloignés de ce que l’on a l’habitude d’attendre d’un enfant en situation d’apprentissage scolaire. L’écart entre l’attendu et la réalité engendre parfois de la souffrance pour le sujet et de l’incompréhension pour les adultes chargés de son éducation. C’est le cas pour des élèves présentant des troubles légers de certains apprentissages : dyslexie, dyscalculie... (Sans reconnaissance de handicap). C’est le cas également pour les élèves intellectuellement précoces.

 

Si, pendant longtemps, les dyslexiques ont été nombreux à redoubler et à quitter l'école avant l'heure, depuis une dizaine d'années, la situation évolue favorablement.

Ainsi, depuis 2005, le code de l'éducation (article L321-4) précise que, dans les écoles, des aménagements particuliers et des actions de soutien sont prévus au profit des élèves atteints de troubles spécifiques du langage oral et/ou écrit.